La création d’une société, quelle que soit la taille de celle-ci, implique la réalisation de quelques démarches. Dans ce cas, Il ne s’agit pas seulement de réaliser les formalités par rapport à l’immatriculation de cette société, mais avant même de réaliser ces formalités, il faut se préparer pour que la société ait une bonne base pour limiter les risques concernant l’exercice de l’activité choisi.

Pour créer une petite société, les étapes peuvent être divisées en deux grandes phases : la phase avant la création de la petite société et la phase par rapport à l’immatriculation de celle-ci. Cet article est un guide pour tout entrepreneur qui veut créer une petite société.

 

La phase avant l’immatriculation d’une petite société

 

Les étapes avant l’immatriculation peuvent être définies comme une phase de préparation pour entrer dans le monde de l’entreprenariat. C’est-à-dire que c’est une phase de collecte d’informations pour la réalisation du projet.

 

1ère étape : l’élaboration du projet de créer une société

Concernant l’idée de créer une petite société. Il faut que l’entrepreneur élabore son projet. Pour pouvoir élaborer un projet, il faut tout d’abord trouver une idée de base. L’idée concerne surtout l’activité que l’entrepreneur exercera avec la petite société. Après avoir trouvé une idée de projet, il est important de faire une étude concernant la viabilité du projet.

 

2ème étape : l’étude sur la viabilité du projet

Pour vérifier la viabilité d’un projet, il faut faire une étude de marché. Cette étude se focalisera surtout sur la collecte d’informations. Avec la collecte des informations, telles que les besoins des clients que l’entrepreneur cible, la produit ou les services fournis par les concurrents, le marché en lui-même : est-ce que le marché sur l’espace ciblé par l’entrepreneur lui permettre d’avoir une part de marché ou non ? l’entrepreneur pourra avoir une réponse à la question : est-ce que le projet est faisable et viable ?

Si le résultat de l’étude de marché est positif, alors il pourra non seulement continuer le projet de création de sa petite entreprise, mais il pourra aussi améliorer son projet suivant le résultat de l’étude du marché. Dans le cas contraire, il pourra revoir son idée et apporter des changements pour qu’il ne soit pas bloqué et il pourra refaire l’étude de marché à nouveau et continuer la réalisation de son projet. Par ailleurs, l’entrepreneur peut aussi tester la faisabilité de son projet en cas de doute.

 

3ème étape : l’élaboration du business plan

Par définition, un business plan est un écrit qui permet à un créateur d’entreprise de formaliser son projet de créer une société. C’est-à-dire que le business plan est un écrit qui permet à ce dernier de présenter de manière simple et claire la réalisation de son projet.

D’ailleurs, ce document peut permettre à l’entrepreneur de trouver du financement pour la réalisation de son projet. Par exemple, s’il doit contracter un emprunt pour financer son projet, un établissement de crédit peut demander le business plan pour valider le crédit ou non. Le business plan doit alors être fait avec précaution.

Le business plan doit permettre à une personne qui le lit de connaitre le but de l’entreprise et la raison d’existence de celle-ci, les moyens que l’entreprise utilisera pour se développer. Ce document doit aussi contenir le résultat de l’étude du marché, c’est-à-dire la cible de la société ainsi que les moyens pour atteindre cette cible. Par ailleurs, le business plan doit aussi contenir une estimation des dépenses pour la réalisation du projet ainsi que pour l’exercice de l’activité sans oublier le chiffre d’affaires envisagé.

 

4ème étape : trouver du financement

Même si le projet de l’entrepreneur est de créer une petite société, la création de celle-ci nécessite tout de même un financement pour le lancement du projet. Il existe de nombreuses solutions par rapport à la recherche de financement du projet.

Tout d’abord, si l’entrepreneur dispose des fonds nécessaires au lancement de son projet, alors il peut utiliser ses propres fonds pour créer la petite société. En outre, il peut aussi s’associer à d’autres personnes pour faciliter le financement de son projet. Par ailleurs, l’entrepreneur peut contracter un emprunt auprès d’un établissement de crédit. Enfin, il a la possibilité de bénéficier des aides gouvernementaux tels que l’ACRE, le NACRE, l’ARE, etc.

 

5ème étape : le choix du statut juridique de la société

Le choix du statut juridique de la société à créer est une étape importante. En effet, il faut faire attention au moment de choisir la forme juridique de la société, car le fonctionnement, les étapes ou les formalités de créations ainsi que la fiscalité de la société dépendent de sa forme juridique.

Concernant ce choix, l’entrepreneur peut choir entre les différentes formes de société telles qu’une SAS, SARL, SA, SNC, SASU, EURL, etc. D’ailleurs, le statut choisi par l’entrepreneur doit être un statut qui lui permet d’exercer son activité professionnelle.

Pour réaliser cette étape, l’entrepreneur a la possibilité de solliciter le service d’un professionnel pour lui conseiller et faire le bon choix sur la forme juridique de la société.

 

Les étapes concernant l’immatriculation de la petite société

 

L’immatriculation d’une petite société dépend de son statut juridique. En général, les étapes pour l’immatriculation d’une société nécessitent :

- La rédaction des statuts qui se finalise par la signature du document par les associés fondateurs de la société ;

- La constitution du capital social, qui est constitué par l’ensemble des apports de ou des associés de la société ;

- La domiciliation d'entreprise ou l’attribution d’une adresse officielle au siège social de la société ;

- La publication d’un avis de constitution de la société dans un journal habilité à publier des annonces officielles ;

- Le dépôt du dossier d’immatriculation comportant le formulaire de déclaration d’une société (suivant la forme juridique de celle-ci) auprès du centre de formalités des entreprises ;

- Le paiement des frais d’immatriculation de la petite société.

Si le dossier d’immatriculation de la société est complet, alors le greffe du tribunal délivrera l’extrait K-Bis de la petite société nouvellement créée.

Après la création de la société, il faut que l’entrepreneur prépare un bon plan marketing pour se faire connaitre et attirer les clients.

 

En résumé, la création d’une petite société ne se diffère pas de la création d’une société de grande envergure. En effet, l’entrepreneur doit aussi passer par les différentes étapes telles que : l’élaboration du projet, l’étude de marché, l’établissement du business plan, la recherche du financement ainsi que la réalisation des formalités d’immatriculation de la petite société dans le registre qui correspond à l’activité exercée par la petite société après avoir choisi la forme juridique de celle-ci.

Créer