Actuellement, il est possible de créer une entreprise dans de nombreux secteurs variés en France, et ce grâce à la multiplication de débouchés dans le domaine entrepreneurial. L’informatique en fait partie, un secteur de plus en plus convoité par les entrepreneurs français.

Cependant, la création d’une entreprise d’informatique ne se fait pas sur un coup de tête. Il convient en effet d’être sûr du projet auquel l’entrepreneur envisage de mettre en place et de la nature exacte de l’activité à exercer. Aussi, diverses formalités de création doivent être effectuées. Ce sont sur ces points que se focalisera notre article.

 

Les conditions à remplir relatives à la personne même de l’entrepreneur avant de songer à créer une entreprise d’informatique

 

Les qualités à posséder impérativement pour créer une entreprise d’informatique

De prime abord, l’entrepreneur doit être certain que ce secteur va lui permettre de s’épanouir et d’évoluer. Autrement dit, l’activité relative à l’informatique doit lui correspondre, et le plus important, il est primordial de posséder quelques qualités indispensables, inhérentes à tout bon informaticien.

Ainsi, il est nécessaire de toujours se mettre à jour concernant les nouvelles technologies et les principaux logiciels de travail dans ce secteur. Ensuite, il est important d’avoir une très bonne qualité relationnelle pour notamment être plus à l’écoute des autres afin de répondre aux moindres questions et aux moindres soucis de la clientèle.

Le sens de l’organisation doit également être au rendez-vous, ceci sera indispensable pour effectuer convenablement les traitements des nombreuses demandes émises par les clients, et surtout pour que la rentabilité soit maximale. Enfin, il ne faut surtout pas négliger la qualité d’adaptation, puisque les clients ne seront pas tous les mêmes.

 

Les conditions relatives aux qualifications requises

Aussi, avant de se lancer dans la création d’une entreprise dans le secteur de l’informatique, il faut au préalable avoir choisi la nature exacte de l’activité à laquelle l’entreprise aspire, dépendamment de la convenance du dirigeant également.

Par ailleurs, il n’est pas nécessaire de posséder un diplôme spécifique pour pouvoir exercer ce type d’activité. Par contre, il est vivement recommandé de se lancer dans ce projet en ayant suivi un stage ou une formation dans le domaine de l’informatique, à l’instar d’un « bac pro système électronique numérique ». Aussi, avoir un DUT informatique sera conseillé.

 

Les centres de formalités correspondants pour chaque nature d’activité exercée

En fonction de la nature de l’activité, il faut distinguer différents centres de formalités des entreprises. Par exemple, si l’activité se base uniquement sur l’assistance informatique et internet (qu’elle soit exercée à domicile ou non), il faudra se tourner vers l’URSSAF pour toute question relative aux formalités de création.

Tandis que si l’activité se caractérise principalement par la réparation liée au software et au hardware, ou encore sur tous les problèmes relatifs au montage et démontage, il convient de s’adresser à la CMA ou à la chambre des métiers et de l’artisanat. Dans ce cas, il est impératif de suivre un stage obligatoire de préparation à l’installation (une étape facultative depuis la promulgation de la loi PACTE).

Enfin, l’activité peut être de nature commerciale lorsqu’elle concernera uniquement l’achat et la revente des matériaux informatiques. Ainsi, la CCI ou la chambre de commerce et d’industrie sera compétente.

 

Les éléments à savoir concernant le statut juridique à adopter

 

Un avantage non négligeable à prendre en compte

Lorsqu’un entrepreneur se décide à constituer son entreprise d’informatique, il faudra avoir en tête que ce type de projet peut donner naissance à divers avantages, notamment concernant la réduction de l’impôt.

En effet, en tant que prestataire de service à domicile par exemple, il est possible de bénéficier de cet avantage. Pour être plus précis, ce sera les clients qui profiteront de cette réduction, et cette dernière peut aller jusqu’à 50 % du montant total que le client a réglé au prestataire à domicile pendant une année entière. Une déclaration de services à la personne doit cependant être faite (une exigence depuis la loi Borloo).

 

Les statuts juridiques adéquats pour une activité relative à l’informatique

Divers statuts peuvent être choisis en fonction de l’activité que l’entrepreneur désire exercer. Le statut de la micro-entreprise sera un statut idéal pour les informaticiens à la recherche de simplicité.

Ensuite, le statut unique de l’entreprise individuelle sera une option très intéressante pour protéger le patrimoine personnel de l’entrepreneur, après la suppression de l’EIRL depuis le mois de février 2022. Enfin, la création d’une EURL ou d’une entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée sera une possibilité, une alternative à la SARL.

 

Les étapes de création relatives à une entreprise d’informatique

 

Une étape pré création à ne pas négliger

De prime abord, la première étape à effectuer serait de procéder à l’établissement d’un business plan afin de valider concrètement le projet relatif à la création de l’entreprise d’informatique.

En ce sens, il conviendra de faire une étude de marché, de réaliser diverses études comme une étude économique par exemple. Ce sera après cette étape que la réalisation des autres formalités de création proprement dites pourra réellement commencer.

 

L’étape relative à la rédaction des statuts

La rédaction statutaire est la première étape à effectuer, et sans doute l’une des plus importantes. En effet, ces statuts seront là pour garantir le bon fonctionnement et l’organisation de l’entreprise, et pour déterminer le pouvoir de chaque associé.

La rédaction en étant seule est possible, mais il est conseillé de se faire accompagner par un professionnel (avocat ou expert-comptable) pour ne pas oublier les différentes mentions obligatoires (forme juridique, nom, objet social, capital social, adresse de domiciliation, etc.).

 

La formation du capital social

La constitution du capital social de la société sera une étape importante à ne pas négliger. Pour ce faire, il faudra déposer les apports initiaux de l’entreprise, ils peuvent être en natures (les biens meubles et immeubles) ou en numéraires (somme d’argent).

Ainsi, l’ouverture d’un compte bancaire sera impérative en cas d’apports en numéraire (une attestation de dépôt s’en suivra). En cas d’apports en numéraire, l’évaluation d’un commissaire aux apports peut être nécessaire dans certains cas.

 

Une annonce légale à publier

Une attestation de publication sera délivrée par le journal officiel qui sera autorisé à publier ce genre d’avis (JAL). Il s’agit d’un avis relatif à la création de l’entreprise, un avis publié dans le but d’informer les tiers de cette création.

 

Un siège social à déterminer

Pour que l’activité puisse valablement être exercée, l’entreprise d’informatique doit obligatoirement posséder une adresse de siège social ou une adresse de domiciliation.

Cette dernière sera ainsi son adresse administrative et fiscale. Il peut s’agir du domicile personnel du représentant légal de l’entreprise, ou encore une adresse obtenue grâce à une société de domiciliation. La domiciliation collective est également une option intéressante (les pépinières d’entreprises, les espaces de coworking, etc.).

 

La réunion des documents constituant la demande d’immatriculation

La dernière étape fera référence à la création d’un dossier unique d’immatriculation. Pour ce faire, divers documents doivent y être intégrés. On parle notamment du formulaire M0, des statuts signés et paraphés, un chèque relatif aux divers frais de greffe et les différentes attestations (dépôt de fonds, attestation de parution de l’annonce légale, les déclarations sur l’honneur et de filiation du dirigeant, etc.).

Le dossier unique est à déposer au CFE compétent en fonction de la nature de l’activité, pour ensuite être transmis au greffe du tribunal de commerce. Si le dossier est complet, l’extrait K-bis sera délivré rapidement. Notons enfin que cet extrait sera encore plus rapidement délivré si les démarches s’effectuent en ligne.

 

Comment