Être dirigeant de sa propre entreprise donne à un entrepreneur le pouvoir de gérer celle-ci suivant ses désirs. Néanmoins, ce dernier doit prendre en compte la réalisation des différentes obligations légales par rapport à l’exercice de l’activité de l’entreprise telles les obligations fiscales, sociales et comptables.

Concernant la comptabilité d’une entreprise, les obligations comptables peuvent être différentes en fonction de plusieurs paramètres tels que le régime fiscal et surtout la forme juridique de l’entreprise.

En effet, pour une entreprise individuelle, les obligations comptables sont moins complexes que celles d’une société. Par ailleurs, par rapport à ces obligations comptables, aucune loi n’impose que la réalisation de ces obligations doit être effectuée exclusivement par un comptable ou un expert en comptabilité d’entreprise.

Dans cet article, on expliquera pourquoi il est avantageux ou non de faire par soi-même la comptabilité de son entreprise.

 

Généralité sur la comptabilité d’une entreprise

 

Avant toute chose, il est important de savoir que la comptabilité d’une entreprise dépend de plusieurs points. Tout d’abord, il faut prendre en compte la forme juridique de l’entreprise. Comme ce qui a été susmentionné, les obligations comptables d’une entreprise individuelle sont différentes des obligations comptables d’une société par actions simplifiée, par exemple.

De plus, outre la forme juridique de l’entreprise, il faut aussi prendre en compte l’activité exercée par celle-ci, car les obligations comptables d’une entreprise exerçant une activité commerciale peuvent être différentes des obligations comptables d’une entreprise exerçant une activité artisanale ou une activité libérale.

En outre, en plus des différents points évoqués ci-dessus, il faut aussi prendre en compte le régime fiscal de l’entreprise. C’est-à-dire qu’il faut déterminer si l’entreprise est sous le régime d’impôt sur les sociétés ou le régime d’impôt sur le revenu pour connaitre les différentes obligations comptables de cette dernière.

 

Les obligations comptables d’une société

Pour les sociétés, la tenue de leur comptabilité s’effectue par la tenue d’un livre journal qui peut être unique ou par la tenue de plusieurs livres spéciaux qui implique le report des écritures comptables dans des comptes établis suivant un plan comptable édicté par la loi.

Ces divers comptes doivent être reporter dans les comptes annuels. Les différentes pièces justificatives des mouvements effectués par la société doivent être conservées pour prouver la véracité des comptes de la société.

Les sociétés doivent, à chaque fin d’exercice, dresser un inventaire et établir les comptes annuels pour l’établissement de liasse fiscal par rapport au calcul des taxes que la société doit payer.

Les comptes annuels doivent comprendre le compte de résultats, le bilan ainsi que les annexes. Avant le dépôt des comptes annuels auprès du greffe du tribunal de commerce, les associés doivent d’abord approuver les comptes.

 

Les obligations comptables d’une entreprise soumis aux obligations comptables simplifiées

Pour qu’une entreprise puisse être soumise aux obligations comptables simplifiées, elle doit avoir un chiffre d’affaires entre 170 000 et 789 000 euros pour une entreprise exerçant une activité commerciale et 70 000 à 238 000 euros pour une entreprise exerçant une activité de prestation de service.

Pour cela, ces entreprises doivent juste tenir une comptabilité de trésorerie, c’est-à-dire que l’entreprise doit juste enregistrer les paiements effectifs suivant la date de paiement dans le journal. Le report des informations des journaux comptables auxiliaires dans le journal comptable peut se faire tous les trois mois.

Les comptes annuels de l’entreprise sont aussi simplifiés par rapport au bilan, le compte de résultats ains que les annexes.

 

Les obligations comptables d’une entreprise soumis aux obligations comptables ultra-simplifiée

Pour les entreprises sous le régime réel simplifié, qui ont moins de 700 000 euros de chiffre d’affaires, 350 000 euros de bilan et ayant moins de 10 salariés, ces dernières peuvent choisir d’être soumis aux obligations comptables ultra-simplifiée qui s’agit d’établir les comptes annuels de l’entreprise sans pour autant établir les annexes.

En outre, les entreprises sous le régime de micro-BIC ou le régime micro-BNC bénéficient d’une comptabilité simplifiée, c’est-à-dire que ces entreprises n’ont que pour obligation la tenir d’un livre des recettes pour répertorier les entrées et un registre d’achats pour comptabiliser les achats de celle-ci.

 

La possibilité de faire soi-même la comptabilité de sa propre entreprise

 

Comme ce qui a été susmentionné, aucune loi n’impose aux entreprises que la comptabilité de ces dernières doit être effectuée par un professionnel tel qu’un comptable ou un expert-comptable.

Suivant cette liberté, il est donc possible pour un entrepreneur de réaliser lui-même les différentes obligations comptables de son entreprise en respectant les règles par rapport à la forme de comptabilité applicable à son entreprise.

 

Les risques par rapport à la réalisation de la comptabilité de son entreprise par soi-même

 

Sachant que la réalisation des obligations comptables d’une entreprise peut être réalisée par soi-même, il faut tout de même savoir que la réalisation de ces différentes obligations nécessite des connaissances spécifiques en la matière.

En plus, il faut que la personne qui se charge de la réalisation des obligations comptables suit les règles d’établissement des divers comptes de l’entreprise.

En plus des règles à respecter par rapport à l’établissement des comptes, il faut aussi respecter les délais imposés par les législations en vigueur et établir les documents par rapport aux déclarations fiscales qui nécessitent des connaissances spécifiques.

Par ailleurs, il faut savoir qu’une entreprise qui ne respecte pas la réalisation des obligations encours des sanctions. Pour une entreprise qui n’a pas de comptabilité, en cas de contrôle fiscale, l’entreprise encours une peine de 5 ans d’emprisonnement et le paiement d’une amende allant jusqu’à 50 000 €.

En outre, en cas de tenue d’une comptabilité irrégulière, c’est-à-dire que les comptes de l’entreprise présentent des problèmes (omissions ou erreurs), les peines énoncées ci-dessus peuvent être appliqué. Néanmoins, si les irrégularités sont mineures, alors des rectifications peuvent être effectuées sans que l’entreprise soit sanctionnée.

 

En résumé, la tenue de la comptabilité d’une entreprise peut être effectuée par l’entrepreneur lui-même. En effet, aucune législation n’interdit cette pratique. Par ailleurs, la réalisation des différentes obligations comptables nécessite d’avoir des connaissances spécifiques en matière de comptabilité d’entreprise et certaines notions en droit fiscal.

Par ailleurs, il faut faire attention par rapport à la tenue de la comptabilité, car la présence d’irrégularité des comptes de l’entreprise peut entrainer des sanctions pénales.

Puis-je