Le terme youtubeur a fait l’objet d’une entrée récente dans le dictionnaire. Cela est notamment dû par le fait que cette activité est devenue très répandue au fil des années, permettant ainsi aux adeptes de développer petit à petit leur projet. Face à cette évolution, de nombreuses personnes souhaitant s’y aventurer s’interrogent sur les différentes modalités pour en devenir un. Au fur et à mesure que la chaîne se développe, les abonnées se multiplient, et ce sera à partir de ce moment que les difficultés administratives et fiscales peuvent se faire ressentir.

Cela n’est pas toujours évident pour quelqu’un en manque de préparation, puisqu’entre les différentes questions sur l’imposition, sur les taxes et les divers aléas administratifs, il est facile de se perdre. Nous allons voir dans cet article quelles sont les conditions et les formalités à respecter pour devenir un youtubeur, tout en citant différents conseils et des astuces utiles permettant à l’intéressé de commencer l’activité, notamment en matière comptable et fiscale.

 

Les généralités à savoir sur cette activité en pleine expansion : l’activité de youtubeur et les conditions à respecter pour en devenir un

 

Comment peut-on définir le mot youtubeur ?

Pour simplifier la définition, un youtubeur est une personne qui consacre son temps à publier des contenues ou des vidéos (ses propres vidéos) sur le site internet YouTube, une activité à travers laquelle il peut percevoir des rémunérations ou des revenus provenant des publicités par exemple ou du nombre de vues et d’abonnés, des partenariats avec les marques célèbres, ou encore grâce à la vente de produits à leur nom. Notons cependant que YouTube lui-même peut lui verser une rémunération, il suffit d’avoir un contrat de partenariat et de remplir quelques conditions.

Ce mot youtubeur a d’ailleurs été officiellement intégré dans le dictionnaire Larousse depuis l’année 2021 parce que cette activité devient de plus en plus exercée. Par ailleurs, le youtubeur gère en parallèle divers réseaux sociaux puisque de nombreux abonnés le suivent également sur ces différentes plateformes (Instagram, Facebook, etc.).

 

Quels sont les moyens utilisés pour devenir un youtubeur ?

Nous n’allons pas trop nous attarder sur ce sujet, mais il est tout de même nécessaire d’en parler à titre d’information. Ainsi, notons d’abord qu’aucune formation particulière n’est à effectuer pour devenir youtubeur, il faudra simplement posséder quelques compétences, notamment dans le secteur de l’audiovisuel (réalisation et conception de vidéos par exemple). Ensuite, il ne faut pas négliger les compétences relatives à l’informatique, celles ayant une relation avec le web marketing ou la communication et celles touchant tout ce qui concerne les réseaux sociaux. Ce sont des atouts non négligeables pour exceller dans ce secteur d’activité.

 

L’expert-comptable spécialisé youtubeur : quelles seraient ses missions pour son client ?

 

Le choix d’un statut juridique pour le youtubeur, un domaine où les conseils de l’expert-comptable peuvent être déterminants

Un expert-comptable intervient principalement sur tout ce qui concerne l’aspect financier d’une activité, et celle de youtubeur ne fait pas exception. Cependant, il peut être présent dès la phase de création de l’entreprise du youtubeur en lui conseillant sur le statut juridique à adopter, et ce en fonction des moyens de son client, de ses attentes et de son activité.

 

Le statut de la micro-entreprise et ses avantages (chiffre d’affaires inférieur à 72 500 euros)

Dans la majorité des cas, les youtubeurs décident de se tourner vers le statut de la micro-entreprise pour commencer. Cette forme juridique est en effet très prisée dans ce secteur d’activité puisqu’elle procure divers avantages et les formalités de création seront fluides et simples. Il suffit de procéder à la déclaration de début d’activité en ligne dans le but d’obtenir un numéro SIRET. L’avantage principal de ce statut juridique est que le youtubeur pourrait profiter d’un allègement considérable sur les diverses obligations en matière comptable puisqu’il faudra simplement tenir un registre des dépenses et celui des recettes générées.

 

Une forme sociétale

Les formes sociétales sont également possibles pour un youtubeur, et la création d’une société commerciale comme la SARL ou la SAS serait la plus appropriée (dans le cas de plusieurs associés). Mais si le besoin de s’associer ne se fait pas ressentir, il existe aussi l’alternative des sociétés unipersonnelles telles que l’EURL ou la SASU. Pour ces types de sociétés, il faudra s’attendre à effectuer des formalités de création assez complexes, et leur gestion peut également être plus ou moins difficile (rédaction statutaire, comptabilité régulière, les formalités d’immatriculation, etc.). Mais dans le cas où l’activité de youtubeur prend de l’ampleur et qu’un développement rapide est à prévoir, une forme sociétale pourra très bien convenir.

 

L’expert-comptable et les conseils avisés sur la fiscalité du youtubeur

En tant qu’auto-entrepreneur

En tant qu’auto-entrepreneur, l’expert-comptable spécialisé youtubeur pourra conseiller son client à déclarer ses revenus et payer ses impôts (le professionnel peut lui-même effectuer cette tâche). Le système de fonctionnement de ce statut juridique est très simple à suivre, il suffit de s’adresser à l’URSSAF pour les cotisations sociales et pour le paiement de l’impôt sur le revenu (paiement mensuel ou trimestriel). Le calcul se fera en fonction du chiffre d’affaires en utilisant un taux forfaitaire non variable. Il est possible de bénéficier d’un taux réduit lors de la première année d’exercice, si et seulement si le youtubeur est éligible à l’ACRE ou l’aide à la création ou à la reprise d’une entreprise. Il est donc conseillé de prêter attention aux aides auxquelles le youtubeur pourrait prétendre.

Il faut également savoir si l’activité de youtubeur est considérée comme une activité de vente, de prestation de service ou dans une activité catégorisée dans le BNC. On peut difficilement qualifier cette activité comme une vente puisqu’on ne remarque pas le caractère au sens strict du principe de l’achat pour la revente.

 

En tant que société commerciale

Comme il a été susmentionné, le youtubeur pourra opter pour une société commerciale lorsque son activité prend de l’ampleur. Ainsi, l’expert-comptable pourra le conseiller à choisir entre trois régimes de déclaration possibles selon le chiffre d’affaires de l’entreprise à créer : celui du réel normal, celui du réel simplifié et celui de la micro-entreprise.

Enfin, le dernier conseil important à mentionner est l’importance pour le youtubeur d’adhérer à un CGA ou un centre de gestion agrée. Cela permettrait d’avoir un droit de réduction d’impôt pour tous les frais de comptabilité et d’adhésion. De plus, si l’adhésion n’est pas effectuée, une majoration de 25 % sera présente de la base imposable.

Expert-comptable