Il faut savoir que gérer le volet financier des entreprises dont le domaine de prédilection se situe autour du textile n’est pas une tâche à prendre à la légère. Il faut en effet se soumettre au respect de différentes obligations comptables, dont la réalisation peut être plus ou moins complexes en fonction du statut juridique choisi et du régime d’imposition opté. Dans tous les cas, il serait très judicieux de faire appel à un expert-comptable se spécialisant en la matière pour gérer non seulement le côté financier, mais aussi les différentes autres branches qui toucheront de près ou de loin l’évolution de l’activité de cesdites entreprises. Voyons dans cet article tout ce qu’il faut savoir sur l’intervention de l’expert-comptable sur une activité de vente de textile.

 

Recours à l'expert-comptable spécialisé en textile : Les conseils

La gestion financière d’une activité de vente de textile et les spécificités à prendre en compte

 

Les obligations comptables des entreprises de textile et d’habillement

 

L’inscription chronologique des opérations financières

La première obligation comptable sur laquelle se focaliser est l’accomplissement d’une comptabilité d’engagement. Pour ce type de système, il conviendra d’inscrire en comptabilité toutes les opérations financières qui seront susceptibles d’affecter le patrimoine de l’entreprise de textile. Autrement dit, à chaque vente d’un produit (prise d’engagement d’un client à acheter un article), l’entreprise doit directement enregistrer cette opération dans des livres comptables. Il en est de même au moment de la finalisation du paiement, c’est-à-dire que cette dernière opération doit également être comptabilisée.

 

Les comptes annuels et l’obligation de posséder des livres comptables

En sa qualité de commerçant, le dirigeant doit s’attendre à établir les comptes de son entreprise à chaque fin d’année d’exercice. Il s’agit d’ailleurs d’une obligation légale pour toutes entreprises commerciales, à l’exception des micro-entreprises. Afin de satisfaire les demandes de l’administration fiscale, ces comptes annuels doivent être produits en respectant les normes, c’est-à-dire en établissant plusieurs documents qui seront leurs éléments substantiels. On parle notamment du bilan (ensemble des passifs et des actifs de l’entreprise, accompagnés par ses capitaux propres), le compte de résultat (constitué par toutes les ventes et tous les achats en relation avec l’activité de l’entreprise), enfin, les annexes.

En outre, pour transformer les nombreuses opérations financières en des écritures comptables d’une manière régulière, l’entreprise de textile sera dans l’obligation de détenir des pièces comptables essentielles. Ces pièces sont le livre-journal, le grand livre, et l’inventaire.

 

Les particularités comptables rencontrées sur la gestion générale d’une entreprise de textile

 

Au niveau comptable

D’un point de vue comptable, il conviendra de bien séparer les comptes relatifs aux diverses charges à ceux liés aux produits. Ainsi, le compte 607 sera destiné aux achats de marchandises, et le compte 707 pour toutes ventes de produits. Aussi, le recours à un logiciel de caisse enregistreuse est une spécificité à ne pas oublier. Cette caisse va non seulement servir à tracer et à prouver toutes les ventes réalisées dans les moindres détails, mais va aussi permettre de suivre régulièrement et précisément le stock.

En règle générale, il faut détailler minutieusement toutes les ventes en les enregistrant distinctement les unes aux autres. Toutefois, la législation française (notamment l’administration fiscale) accepte que tous les paiements au comptant pour des produits dont la valeur ne dépasse pas les 76 euros TTC soient enregistrés ensemble dans le livre comptable en fin de chaque journée.

Mais il faut préciser que les recettes journalières sont dans l’obligation de faire l’objet d’une justification par le biais d’une bande de caisse enregistreuse (chaque produit, avec leur prix de vente). Sans cela, les sommes déclarées à l’administration fiscale sont considérées comme douteuses.

 

Sur le volet fiscal

En matière de TVA, si le chiffre d’affaires annuel ne dépasse par un certain seuil (81 500 euros), la franchise en base de TVA peut s’appliquer automatiquement (les ventes ne feront pas l’objet d’une facturation de la TVA). A contrario, la TVA applicable sera de 20 %. Enfin, les entreprises ayant une surface de vente supérieure à 400 m2 et ayant un chiffre d’affaires annuel supérieur ou égal à 460 000 euros paieront une taxe particulière (la TASCOM ou la taxe sur les surfaces commerciales).

 

L’expert-comptable, un véritable atout pour l’entreprise de textile

 

Pour quelles raisons louer les services d’un professionnel spécialisé en textile ?

Dès la phase de création de l’entreprise de textile, le professionnel peut d’ores et déjà conseiller le dirigeant sur différents points essentiels, notamment sur le statut juridique à choisir. À cet effet, il sera recommandé de privilégier un cabinet d’expertise comptable composé de professionnels dont la spécialité est le secteur du textile et de l’habillement.

Dans ce cas, l’expert-comptable sera plus à même d’accompagner l’entrepreneur et l’aider à prendre les décisions importantes en fonction des moyens à disposition et des résultats escomptés. Notons que les obligations comptables seront moins complexes pour les micro-entreprises par rapport à celles rencontrées au niveau des sociétés.

Par ailleurs, il a été susmentionné à plusieurs reprises qu’il est essentiel de tenir une comptabilité régulière pour les entreprises de textile, et d’enregistrer chronologiquement toutes les opérations financières. Ces tâches demandent ainsi beaucoup de temps, et pourront éventuellement pousser l’entrepreneur à commettre des erreurs fatales s’il les effectue lui-même. Les déléguer à un expert-comptable permettrait ainsi d’éviter ces déconvenues. De plus, comme ce dernier possède une forte expérience en la matière, il sera d’autant plus utile à accompagner l’entrepreneur dans l’étude du marché relatif à ce secteur, afin d’en sortir un business plan pour assurer la pérennité de l’entreprise.

 

Les paramètres à prendre en compte afin d’opter pour un professionnel adapté au secteur du textile

 

La lettre de mission comme référence

Précisons de prime abord que les missions de l’expert-comptable ne se centralisent pas uniquement à des tâches comptables. Il peut intervenir sur plusieurs autres aspects de l’entreprise (fiscal, social, et juridique). À ce titre, il est quand même judicieux de choisir un professionnel ayant des connaissances sur des domaines variés, même si le plus important reste le secteur du textile.

Il convient alors de bien vérifier la lettre de mission afin d’avoir un aperçu des différentes prestations que l’expert-comptable sera en mesure de proposer. Ce document servira également à connaître ses honoraires et les différentes conditions de résiliation du contrat. Aussi, il est crucial de vérifier son inscription à l’ordre des experts-comptables de la région concernée avant de solliciter ses services. Enfin, il est essentiel de s’assurer que le professionnel est à jour quant aux logiciels de comptabilité à utiliser, et qu’il utilise celui qui sera adapté au secteur du textile.

 

Prévoir le type de relation à entretenir

Si tout se passe bien, l’expert-comptable sera un conseiller, voire même un ami pour le chef d’entreprise pour de longues années, puisqu’il interviendra sur toutes les étapes de l’évolution de l’activité de vente de textile. Il est donc important d’établir une relation de confiance entre eux, et évaluer dès les premiers rendez-vous si le professionnel pourrait convenir à l’entrepreneur.

Pour s’inscrire sur la même idée, il faut également choisir une personne qui sera toujours disponible, et apte à répondre à la moindre question à tout moment. La disponibilité et la réactivité seront ainsi très importantes lors du choix du professionnel. Notons que deux types de cabinets peuvent se présenter au dirigeant : un professionnel de proximité (physique), et un prestataire en ligne. Orienter le choix selon les réelles attentes de l’entrepreneur. Soulignons néanmoins que les rendez-vous physiques sont à privilégier, même si les services en ligne reviendront plus chers (rien ne vaut le contact réel).

Expert-comptable