Depuis ces dix dernières années, on assiste à la démocratisation de l’utilisation des cryptomonnaies, et de plus en plus d’entreprises se lancent dans ce secteur sur le territoire français. Rappelons qu’en France, la majorité des entreprises doivent tenir une comptabilité régulière, et celles exerçant une activité relative aux cryptomonnaies n’échappent pas à la règle. Comme ce domaine est considéré comme assez innovant sur le marché français, la règlementation en la matière peine à exister. Par conséquent, bien comptabiliser les diverses transactions résultant des cryptomonnaies s’avère encore être assez complexe.

De nombreux professionnels tels que les experts-comptables tentent tant bien que mal de suivre le rythme sur l’évolution rapide de ce secteur. Pour cela, ils doivent s’adapter à l’univers des cryptomonnaies en s’imprégnant de nouveaux termes, tout en s’assurant de transformer les diverses opérations liées à cette activité en écritures comptables. Comment une entreprise en cryptomonnaie peut-elle gérer sa comptabilité ? Un expert-comptable spécialisé dans ce secteur si jeune est-il nécessaire pour le faire ? Voici les éléments de réponse à ces différents questionnements.

 

Faire appel à un expert-comptable spécialisé en cryptomonnaie est utile

La situation contextuelle de l’activité de cryptomonnaie par rapport au monde comptable

 

Définition générale des cryptomonnaies

Avant tout, les cryptomonnaies peuvent être définies comme étant des devises numériques dont les transactions issues de l’exploitation d’une activité en relation avec elles se font par un registre en ligne totalement protégé de toute modification (communément appelé « blockchain »), et non à travers un réseau bancaire. Les activités relatives à ces cryptomonnaies sont considérées comme très risquées, puisque ces dernières sont très spéculatives. Par conséquent, elles figurent parmi les activités les plus risquées par les autorités luttant contre le blanchiment d’argent.

 

La présence d’un cadre légal pour faciliter l’intégration dans l’univers comptable

À la vue du risque que cette activité représente, elle peine à trouver sa place au sein de l’univers comptable, notamment de par la grande technicité qu’elle demande et par son évolution rapide. C’est pour ces raisons que les experts-comptables spécialisés dans ce secteur sont encore peu nombreux actuellement. Ces éléments font que l’activité relative aux cryptomonnaies est assez crainte par les professionnels des chiffres. Toutefois, depuis mai 2019, la France a intégré dans ses textes une loi règlementant les activités liées à la gestion d’actif numérique. Grâce à ce cadre juridique (la loi Pacte du 22 mai 2019), la gestion comptable des entreprises exerçant dans ce secteur se facilite petit à petit.

 

Comment se gère la comptabilité d’une entreprise spécialisée en cryptomonnaie ?

 

Le plan comptable général sur le cas des cryptomonnaies

Comme il a été susmentionné, les cryptomonnaies sont considérées comme des actifs numériques, et qu’à ce titre, le PCG peut entrer en jeu à travers un de ses articles. D’après cet article, elles doivent remplir quelques critères. De prime abord, elles doivent correspondre à une immobilisation incorporelle, et doivent s’inscrire sur le long terme en générant des bénéfices économiques. Ensuite, elles doivent avoir un impact positif sur le patrimoine de l’entreprise (apportant une valeur économique à cette dernière). Enfin, les cryptomonnaies sont assimilées comme des stocks, et entrent à cet effet dans cette catégorie.

 

Quid des sociétés achetant ou recevant des cryptomonnaies ?

Dans le cas où une entité souhaiterait acheter ou recevoir des cryptomonnaies, elles doivent être inscrites dans ses divers documents comptables. Cette inscription servira notamment à laisser une trace de toutes les transactions relatives à ces cryptomonnaies (en tant qu’écritures comptables). En premier lieu, dans le bilan comptable, il est de mise de convertir la valeur des cryptos achetés en euros. Dans ce cas, il va falloir se référer à deux principes distincts.

Le premier serait d’inscrire le montant en euro à la date précise de l’achat (jusqu’à l’heure ou à la minute près) dans le bilan, plus précisément dans la catégorie « actif ». Le fait de bien préciser la date est notamment dû par le caractère évolutif de la cryptomonnaie. Le second principe fait référence à la prudence, c’est-à-dire qu’il sera impossible de procéder à une réévaluation (à la hausse) des actifs enregistrés au bilan, en se basant sur la valeur actuelle du marché. Enfin, il ne faut pas omettre d’inscrire les frais d’achat des cryptos dans la catégorie des charges sur le compte de résultat.

 

L’annexe comptable pour les cryptomonnaies

Dans le cas où l’entreprise concernée devrait impérativement établir une annexe comptable en fin d’année d’exercice, il convient de détailler, à l’intention de l’administration fiscale, l’intégralité des démarches utilisées afin de gérer les transactions relatives aux cryptomonnaies. Cette tâche est très importante, parce qu’elle sera utile lors d’un éventuel contrôle fiscal. D’ailleurs, il sera toujours très judicieux de garder une trace de toutes les transactions effectuées sur la plateforme en ligne. Pour cela, il suffit de conserver toutes les pièces justificatives de cesdites transactions, à travers un historique (détaillant précisément la date et les montants de chaque transaction).

 

L’intervention d’un expert-comptable spécialisé en cryptomonnaie

 

Un secteur très peu connu des professionnels des chiffres, pourquoi ?

À travers les précédents paragraphes, on peut sans problème affirmer que très peu d’experts-comptables se focalisent sur la maîtrise de ce secteur si spécifique. Cela est notamment dû par son manque d’encadrement légal et comptable, même si depuis peu, la loi Pacte a fait surface. C’est la raison pour laquelle trouver un professionnel spécialisé en la matière est une tâche assez complexe.

En outre, la complexité technique (incompréhension du fonctionnement de bitcoin) est en grande partie la raison principale de cette rareté de spécialiste. De plus, la maîtrise de ce secteur ne peut s’acquérir que par une autoformation, puisqu’il n’existe pas encore de formations professionnelles relatives au traitement comptable des opérations de ce genre.

Toutefois, des alternatives très intéressantes ont été créées pour faciliter la gestion comptable et fiscale des transactions de cryptomonnaies. Prenons l’exemple de « Waltio », une plateforme en ligne permettant d’accompagner le chef d’entreprise, et aussi l’expert-comptable dans cette gestion fiscale (calcul et déclaration des plus-values).

 

Pourquoi les services d’un expert-comptable sont-ils nécessaires pour les activités de cryptomonnaies ?

La totalité des transactions de cryptomonnaies doivent chacune faire l’objet d’une transformation en écriture comptable dans les documents comptables de la société. Pour effectuer cette tâche qui peut être très chronophage et complexe, l’intervention d’un expert-comptable serait conseillée (même si peu de professionnels ne maîtrisent pas encore ce domaine d’activité).

En effet, entre la pluralité des intermédiaires de change et les opérations relatives à l’enrichissement des portefeuilles de stockage à froid, il est évident que les connaissances et l’expérience d’un expert-comptable seraient utiles, et ces spécificités font que les inscriptions des opérations comptables sont très complexes (rappelons que ces complexités sont également des raisons qui font fuir les professionnels).

Aussi, précisons que les cryptomonnaies sont innombrables, et les entreprises doivent par conséquent générer plusieurs fiches de stocks pour chacune d’elle (il arrive souvent qu’une entreprise travaille sur plusieurs intermédiaires de change).

Alors, pour libérer les traders des enregistrements comptables de ces opérations (leur permettant également de se focaliser uniquement aux opérations de trading), l’expert-comptable pourra consacrer tout son temps pour traiter à plusieurs reprises les historiques de transactions pour les enregistrer convenablement. Notons enfin que la plateforme d’assistance fiscale et comptable peut produire automatiquement le FEC ou le fichier des écritures comptables.

 

Expert-comptable